Je cherche des produits locaux

Un produit local ?

Il n’y a pas de définition officielle pour un produit local ! A chacun sa définition. Cette notion de « local » peut varier de l’échelle du jardin potager à celle de la région, voire la France pour certains. Cependant, l’ADEME suggère une distance « raisonnable » entre le lieu de production et celui de consommation, variant entre 30 et 100km.

Au sein du projet Du cœur à l’assiette, nous privilégions la notion de local à l’échelle du territoire Vendée Cœur Océan. Toutefois, ne visant pas l’autonomie alimentaire, et les denrées pouvant difficilement provenir uniquement du territoire, nous élargissons la notion à l’échelle départementale pour certaines productions.

Un produit local n’est pas forcément issu des circuits courts. Mais une des façons de s’assurer de la provenance locale est de réduire la chaîne alimentaire et d’acheter au plus près du producteur, donc privilégier les circuits courts.

Ainsi, nous utilisons souvent le terme de « produit local » pour désigner des produits issus des circuits courts et/ou de proximité.

Pourquoi acheter des produits locaux ?


Acheter local présente de nombreux atouts :

  • Soutenir l’économie locale
    En achetant local, je favorise le dynamisme économique et l’emploi autour de chez moi.
  • Réduire les émissions de gaz à effet de serre
    Dans la mesure où la logistique est optimisée, réduire la distance entre le lieu de production et celui de consommation fait diminuer les émissions de gaz à effet de serre.
  • Mieux rémunérer le producteur
    Une étude réalisé par l’UFC Que Choisir en 2018 a montré que « sur 100 € dépensés dans l’alimentation en grande surface, 37,60€ reviennent aux supermarchés, 13,20€ à l’industrie agroalimentaire et 8,20€ aux agriculteurs »1 . Privilégier les circuits courts, c’est permettre aux producteurs de conserver leur marge.
vendeecoeurocean-projetalimentaireterritorial-produitslocauxprice
paysagesVCO
  • Maintenir une identité paysagère et un patrimoine culturel et gastronomique
    Vendée Cœur Océan présente 3 grandes unités paysagères : le bocage sur la majeure partie du territoire, un paysage d’eau avec la façade littorale et les marais, puis la plaine (début de la plaine de Luçon). Chacun de ces paysages est entretenu par une agriculture qui possède des savoirs faires spécifiques et contribue à l’identité culturelle et gastronomique : brioche, mogettes, jambon, etc.
  • Un bénéfice santé
    Pour bénéficier du plus de vitamines possible, il faut consommer le produit frais rapidement après récolte. En effet, les vitamines des produits frais sont altérées par réaction d’oxydation avec l’air.
  • J’échange avec les producteurs
    Discuter avec les producteurs, c’est se reconnecter au monde agricole, mieux le comprendre. De l’échange émerge des prises de conscience qui amènent à adopter des pratiques plus vertueuses, aussi bien du côté du consommateur que du côté du producteur.  

1 Alain Lemerle, « Les circuits courts », UFC-Que Choisir de Nantes, 16 novembre 2018, https://nantes.ufcquechoisir.fr/2018/11/16/les-circuits-courts/.

Oui, mais le local, c’est plus cher non ?

Oui et non !

Le « Oui et non » n°1 :
S’approvisionner au plus près du producteur peut parfois, en effet, être plus cher qu’un produit acheté en grande surface. Ce n’est pourtant pas une règle.

Le « Oui et non » n°2 :
Le fait d’acheter plus cher pour la qualité du produit, fait qu’on y accorde davantage d’importance, et donc qu’on essaye de ne pas le perdre : on réduit son gaspillage alimentaire (produits oubliés au fond d’un placard ou d’un frigo, périmés ou défraîchis).
Il existe aussi des recettes zéro gaspi qui permettent d’utiliser au mieux la totalité du produit.  

Pour plus de renseignements sur la façon de réduire son gaspillage alimentaire, vous pouvez vous rendre sur la page « je réduis mes déchets et je gaspille moins »

vendeecoeurocean-projetalimentaireterritorial-produitslocaux-reduc

vendeecoeurocean-projetalimentaireterritorial-produitslocaux-cuisiner

 

Et s’approvisionner en local, ça prend plus de temps ?

Là encore, oui et non !

Oui, car les produits locaux sont, pour la plupart, peu ou pas transformés, il faut donc les cuisiner à la maison.

Oui aussi, car il n’est pas forcément facile de trouver la panoplie complète des produits nécessaires à mes menus de la semaine au même endroit, je dois donc aller en différents lieux pour faire mes courses.
Le projet alimentaire Du cœur à l’assiette travaille à développer la logistique des circuits courts de proximité pour permettre à la fois aux producteurs de commercialiser plus facilement sur le territoire, et aux consommateurs d’accéder plus facilement aux produits locaux sans parcourir plus de kilomètres.

Non, car en anticipant ses courses et en établissant ses menus de la semaine, on évite de retourner faire des achats plusieurs fois dans la semaine.

Non de nouveau, car il existe des techniques pour passer moins de temps en cuisine. Vous connaissez le batch cooking ? la marmite norvégienne ? Plus de renseignement par ici (lien vers la page Mon alimentation ma santé)

 

Les ventes à la ferme sur notre territoire

Ils sont déjà nombreux à réaliser la vente à la ferme, n’hésitez pas à les contacter et aller les rencontrer !

Pour en savoir plus, cliquez sur la carte ci-dessous

vendeecoeurocean-projetalimentaireterritorial-produitslocaux-carteintercative

of_carteinteractive_17.04.2020

 

D’autres sources pour trouver des produits locaux

Vous trouverez ci-dessous d’autres sites sur lesquels trouver vos produits locaux :